Présentation par Xavier Naudeau, ancien étudiant à HETIC

S’il est vrai que la compétition peut avoir quelque chose de sain dans le fait qu’elle pousse les gens à donner le meilleur d’eux-mêmes, bien souvent, à HETIC, ce leitmotiv n’est pas nécessaire.

Il n’y a pas de vraie compétition entre les étudiants, preuve en est le nombre incalculable de fois où des groupes sont venus apporter des compétences qui faisaient défaut dans un autre groupe ou les synergies qui se sont développées entre des groupes pour arriver à un résultat commun.

Alors certes, il y a un classement, des notes, des observations des intervenants, mais de ce que j’ai pu voir durant ces 3 années, toutes les qualités et compétences des étudiants ne peuvent pas être mesurées par un système scolaire classique.

Et c’est pourquoi il n’y a pas juste des partiels mais également des projets. Des projets qui permettent aux étudiants soit de se tester, soit de monter en compétence et d’être jugé en fin de parcours.

Donc au final, être le meilleur étudiant à HETIC c’est quoi ? Savoir développer des sites et plugin sous 36 différents langages de programmation  ? Avoir la maîtrise de tous les logiciels de création graphique ? Connaître toutes les techniques de marketing online ? Gérer des projets en 3 fois moins de temps que le nombre de journées vendues ?

Meilleur étudiant à HETIC

Il y a certes un peu de tout ça, c’est sûr, mais pour moi il s’agit surtout de la capacité à s’adapter. S’adapter aux gens,  aux personnalités et aux contraintes incombant à la réalisation d’un projet, et ce à tous les niveaux.

Savoir sortir de sa boîte et de son confort pour se challenger soi-même, pas juste en testant une nouveauté dans sa branche, mais en osant essayer de comprendre un autre milieu.

J’ai vu des équipes données perdantes sur le papier mieux réussir que des groupes avec une meilleure côte initialement.

Et ce n’est pas faute de l’avoir répété pendant de nombreuses années, la pluri-compétence que met HETIC en avant est un indice sur l’ouverture d’esprit dont doivent faire preuve les étudiants. Le but n’est pas d’être bon partout, le but est de s’adapter à tous les milieux pour ne pas être démunis face à un client dans le monde de l’entreprise.

Les compétences vont, viennent et deviennent obsolètes. Le relationnel et la capacité à s’adapter dans son travail sont des qualités non imputables et c’est pour moi ce qui caractérise aujourd’hui les meilleurs étudiants à HETIC.